lundi 13 février 2017

BATTLE OF THE KINGS: THE SPORTSTER EDITION

Harley-Davidson Battle of the Kings 2017


It’s become commonplace for manufacturers to regularly commission custom work from top builders. But Harley-Davidson Europe have taken a different approach. For three years they’ve run the annual ‘Battle of the Kings’ contest—calling on their own dealers to put their best foot forward.

The concept is simple: a bike is chosen, and the ‘Custom King’ in each dealership reworks it as they see fit. The public votes, and a new King is crowned.
This year, Harley gave dealers their pick of three Sportsters: the Iron 883, the Forty-Eight, and the new Roadster. Here are our favorite entries from the 2017 crop—ranging from the ultra-classy to the outright outrageous.
Battle of the Kings 2017: Sportster Roadster by Harley-Davidson La Rochelle

Harley-Davidson La Rochelle, Lagord, France Full disclosure: we have a soft spot for dustbin fairings, especially when they’re this well executed. The La Rochelle entry is one of the most single-minded bikes in the contest; the point driven home further by the bold ‘Screamin’ Eagle’ graphics on the fairing.

A slammed Roadster forms the basis, with a Forty-Eight tank doing duty up front. The tail section was made from an 883 Sportster tank—and if we’re reading the specs right, holds the fuel pump and an additional 12 liters of fuel. The throwback Harley racing colors are sublime, as are the little touches—like the way the twin exhausts exit on the right of the fairing (hit the link below for a look at the other side). Here’s hoping we see this one on the European classic sprint circuit soon! [Vote]
Battle of the Kings 2017: Sportster Roadster by Harley-Davidson Banská Bystrica

Harley-Davidson Banská Bystrica, Slovakia We’d normally write off electric-style airbrushing as garish, but in this case we’ll take it. Because—holy cow—these guys just built a Harley-Davidson snow bike. The Slovakian crew at Banská Bystrica started with a Roadster, then ditched the wheels, swing arm and shocks, and got busy.

Getting a ski on the front meant fabricating a set of adapters, but rigging up the rear was a far tougher job. The Harley’s drivetrain sits on the right, while the snow track’s is on the left—so the team had to connect the two. The stock brakes and ABS are gone too; the snow system’s own brake is now hooked up to the stock front brake lever. We’re not sure if a torquey V-twin built for snow is genius or idiotic—but either way we love it. [Vote] [Watch the video]
Battle of the Kings 2017: Sportster Roadster by Harley-Davidson Praha

Harley-Davidson Praha, Czech Republic If you know your Harley-Davidson history, you’ll pick up hints of the 1920s Eight-Valve Racer in this Roadster from Czechoslovakia. To nail the look, the Praha dealer fabricated everything from the fenders, through to the side covers and gas tank (which holds the oil tank too).

But they’ve left the modern Roadster chassis intact—along with its upside-down forks, and dual front discs with ABS. The wire wheels are Harley catalog items, and the crew even installed a Super Tuner, to adjust the fuel mapping for the new pipes and intake. That makes this entry a true modern classic, in our eyes. [Vote]
Battle of the Kings 2017: Sportster Roadster by Harley-Davidson Capital

Harley-Davidson Capital, Madrid, Spain There’s a lot to appreciate on this perky Roadster from Spain—from the crisp paint job right down to the neat fly screen and bash plate. But it’s the re-interpretation of the tail end that’s really intriguing. Compare this to a stock Roadster, and you’ll notice that the main section of the stock seat pad is still present—but the rear’s been replaced by a sharp cowl that hints at the original shape.

Then there’s the massive muffler—giving the bike a distinct 80s muscle bike vibe. The guys describe it as “a young bike, for people having fun being young.” We’ll happily drink that Kool-Aid. [Vote]
Battle of the Kings 2017: Sportster Roadster by Harley-Davidson Bologna

Harley-Davidson Bologna, Italy The Roadster’s taller stance and bigger wheels make it ripe for a little scrambler styling—and where better to build that than in Bologna, home of the Ducati Scrambler? From the fuel tank, through to the bench seat and rear fender, everything just sits together flawlessly. Look closely, and you’ll also notice a pair of custom shock mount linkages, jacking the rear up further. And the upswept and tucked headers—complete with Akrapovič cans—are a welcomed break from the quintessential high scrambler pipes.

With those Continental TKC80s fitted, it’s just the thing for cruising down your favorite fire roads on a quiet Sunday morning. Harley-Davidson Bologna placed second in the 2015 contest, and we reckon they’ve got another shot at the podium here. [Vote]
Battle of the Kings 2017: Sportster Forty-Eight by Harley-Davidson Poznań

Harley-Davidson Poznań, Poland The Forty-Eight is easily one of the best-looking Sportsters in Harley-Davidson’s quiver—and a hoot to ride too. So why mess with it? Harley-Davidson Poznań opted to leave the Forty-Eight mostly stock—and built a sidecar hack to accompany it instead.

It works startlingly well, thanks in part to the team’s relentless attention to detail; note the Forty-Eight wheel that the sidecar uses, and the throwback HD emblem on the side of the body. It’s such a fantastic pairing, that if you told us this was a new factory model from Milwaukee—we’d believe you. [Vote]
Battle of the Kings 2017: Harley-Davidson Sportster Roadster by Warrs.

Warr’s Harley-Davidson, London, England With Charlie Stockwell at the helm, Warr’s custom division has had quite a run. Their 2015 Battle of the Kings entry took top honors in the UK, and their 2016 entry won the overall competition. Now they’re aiming for a hat trick with this Roadster—which they’ve billed as “flat track, but fully fettled for road use.”

The murdered-out paint job belies the amount of work that’s gone into the bike. Take a look at the cutouts on the tank, filled in by grilled ‘knee pads.’ Then there’s the exhaust system: custom-made headers terminating in Vance & Hines pre-production XG750R mufflers, and capped off with a burly heat shield. The original heat shields have been repurposed as fork leg protectors, the rims are from a 2007 V-Rod, and there’s a sprinkling of hand-made and Harley-Davidson catalogue parts to finish it off. [Vote]
That’s our selection—what’s yours? Scoot over to the competition website to see all the entries, and to cast your vote.

Résumé Rallye de Suède 2017 | WRC

JARI-MATTI LATVALA A REMPORTÉ POUR LA QUATRIÈME FOIS LE RALLYE DE SUÈDE, DISPUTÉ SUR NEIGE ET GLACE. IL OFFRE À LA YARIS SA PREMIÈRE VICTOIRE, TOYOTA TRIOMPHANT LORS DE SON DEUXIÈME RALLYE, POUR SON RETOUR APRÈS 17 ANS D’ABSENCE.


Jari-Matti Latvala a remporté son dix-septième rallye en Championnat du Monde des Rallyes, mais sans doute l’une des plus émouvantes. Sans volant il y a quelques mois après le retrait de Volkswagen, il avait trouvé un accord avec Toyota à quelques semaines du début de saison. Déjà deuxième du Rallye Monte-Carlo le mois dernier, il s’impose dès sa deuxième course au volant de la Toyota Yaris WRC.
Latvala avait commencé la journée de dimanche avec 3’’8 d’avance sur Ott Tänak mais n’a pas laissé planer le doute, en remportant les deux premières spéciales de la journée, avant de conclure avec le meilleur temps dans la Power Stage, synonyme d’un bonus de 5 points. Il est désormais leader du classement généal.
C’est la première fois depuis février 2014 qu’un autre pilote que Sébastien Ogier mène le classement du Championnat du Monde.










« C’est incroyable. Nouvelle équipe, nouvelle voiture, deuxième rallye et on gagne ! Je n’ai pas de mot pour décrire ça. Je suis très ému. Nous avons montré un bon niveau et on regarde devant, ça va devenir plus difficile. Désormais, on se tourne vers le Mexique et je reste très motivé dans le cadre de la course au titre », a confié Latvala.  

Tänak, au volant d’une Ford Fiesta, était en embuscade derrière Latvala en début de journée, après une très bonne journée de samedi. Mais ce dimanche, l’Estonien n’était pas content de la maniabilité de sa monture. Après avoir concédé sept secondes dans la première spéciale, il s’est contenté de la deuxième, égalant son meilleur résultat en carrière.
Lui aussi en Ford Fiesta, Sébastien Ogier avait la victoire dans le viseur. Mais le Français a hypothéqué ses chances en partant en tête-à-queue dans le premier virage de la journée. Il a terminé troisième, une trentaine de secondes derrière Tänak.
En l’absence de Thierry Neuville, Dani Sordo est le meilleur représentant pour Hyundai, à la quatrième place. L’Espagnol a terminé avec 39’’7 d’avance sur Craig Breen, qui n’est pas parvenu à trouver les réglages idéaux sur sa C3 WRC mais qui a apporté de bons points constructeurs à Citroën Racing.
Elfyn Evans a réussi à se classer au sixième rang, malgré la perte d’une minute ce dimanche matin, en raison d’une surchauffe moteur dans la première ES. Le Gallois a fait les réparations nécessaires pour pouvoir disputer les deux derniers secteurs normalement.
Hayden Paddon a terminé septième, juste 4’’6 derrière Evans. La Hyundai i20 Coupé du Néo-Zélandais devance la DS 3 WRC de Stéphane Lefebvre, ainsi que les deux meilleurs pilotes du WRC 2, Pontus Tidemand et Teemu Suninen.
Thierry Neuville, ancien leader du Rallye de Suède, a terminé au 13e rang, derrière Kris Meeke, qui lui était resté bloqué huit minutes dans un mur de neige samedi. Le Nord-Irlandais aurait toutefois pu remonter dans le top 10 ce dimanche mais un tête-à-queue dans l’avant-dernière spéciale l’a empêché d’aller chercher ce résultat.

Après le verglas et la neige rencontrés lors du Rallye Monte-Carlo et du Rallye de Suède, les concurrents vont désormais trouver la chaleur et la terre lors de la prochaine manche, le Rally Guanajuato Mexico (9-12 mars).




PONTUS TIDEMAND S’EST OCTROYÉ UNE BELLE VICTOIRE POUR LE DÉBUT DE SA CAMPAGNE WRC 2 LORS DU RALLYE DE SUÈDE, POUR SA MANCHE À DOMICILE DU CHAMPIONNAT DU MONDE.


Le Suédois, au volant d’une Skoda Fabia R5, a remporté le Rallye de Suède dans la principale catégorie support du Championnat du Monde des Rallyes. Il a déménagé l’ensemble du week-end suédois, terminant avec 51’’8 d’avance sur son plus proche poursuivant. Cela compense avec sa déception d’avoir échoué près du but un an plus tôt.
« C’est l’un des plus beaux moments de ma carrière, confesse Tidemand, âgé de 26 ans. M’imposer enfin à domicile, en Suède, en WRC 2, c’est un rêve devenu réalité. L’an dernier, la victoire nous avait échappé de peu, ce qui rend cette victoire encore plus belle. »
Tidemand a pris les commandes vendredi matin et a remporté 10 des 17 spéciales disputées. C’est ce dimanche qu’il a levé le pied, préférant assurer sa victoire plutôt que de risquer de sortir à l’approche de l’arrivée. Il a ainsi lâché près de 25 secondes lors de la dernière étape, profitant de l’avance acquise précédemment.
Il est en tête du Championnat après deux épreuves, à égalité de points avec Andreas Mikkelsen. 
Suninen finished second in a Ford Fiesta R5










Teemu Suninen a répondu au défi lancé par Ole Christian Veiby pour finir deuxième en Ford Fiesta R5. Le Finlandais a remporté deux des trois spéciales du jour pour finir avec 15’’6 d’avance sur le Norvégien.

Le reste du classement est également inchangé par rapport à la veille : Eric Camilli devant Gus Greensmith, tous deux en Fiesta R5, Emil Bergkvist complétant le top 6 au volant de sa DS 3 R5.

lundi 30 janvier 2017

SÉBASTIEN LOEB : "TOURNER EN ROND CE N’EST PAS MON TRUC"

Sebastien Loeb Dakar 2017.zip Alt 12

PAR CHARLES AUDIER ET ALEXANDRE LAZERGES pour GQ magazine 

2e du Dakar 2017 au volant de son 3008 DKR, le nonuple champion du monde des rallyes WRC fait le point sur sa carrière, le Dakar, sa passion pour l'hélico et son envie de passer le témoin aux jeunes pilotes.

Finir 2ème au Dakar, c’est agaçant ou on se dit que l’expérience de Peterhansel a fait la différence ? 
Globalement c’est une satisfaction d’avoir fini 2e en plus on fait le triplé avec Peugeot donc on est forcément content du résultat. (1er Peterhansel /Cottret – 2ème Loeb / Elena – 3ème Despres / Castera, tous sur 3008 DKR, ndlr). On a contribué à ramener à la marque ce qu’elle voulait. Après 2ème c’est cool mais 1er c’est mieux. En plus on était en bagarre, c’était serré. On n’a pas de regret à avoir parce qu’on a tout donné

On a eu des soucis au début qui nous ont fait perdre 25 minutes (Loeb a suivi les traces de Peterhansel le jeudi 5 janvier et les deux hommes se sont perdus. Loeb arrivera 22 Minutes derrière le vainqueur de l’étape, Cyril Despres, ndlr). Donc forcément quand on finit à 5 minutes du vainqueur à la fin, ces 25 minutes-là ont couté très cher. En dehors de ça on a eu des petites crevaisons, des petits jardinages, mais comme tout le monde. C’est le lot du Dakar.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/03/sebastien_loeb_dakar_2017_txt_3_jpg_2242.jpg

Peter Solberg en rallycross nous confiait en rigolant que le rallye raid est-il une compétition pour pré-retraité ? Vous êtes au bord de la retraite ?
(Rires). C’est une discipline qui demande beaucoup d’expérience pour y arriver. Il y a donc peu de jeunes qui démarrent avec ça. C'est en effet quelque chose qui intéresse d'avantage les pilotes expérimentés qui veulent découvrir une nouvelle aventure. On fait beaucoup de kilomètres, on voit du paysage. C’est sympa quand même. Après c’est sûr qu’il n’y a pas une école pour jeune pilote du Dakar.
Vous avez appréciez de retrouver Daniel Elena comme copilote ?
C’est sympa de pouvoir repartager quelque chose avec lui. On avait fait plein de choses dans notre carrière et ça s’est un peu arrêté quand je faisais du circuit. En rallycross, je n’ai pas besoin de lui non plus donc en rallye raid on se retrouve et c’est cool.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/58/sebastien_loeb_dakar_2017_txt_7_jpg_1157.jpg

Rallycross avec Peugeot ? Est-ce que c’est plus amusant que le WTCC ?
Oui parce que c’est deux formats sont totalement opposés. Le Dakar c’est une course longue, d’endurance, avec de longues spéciales. Le rallycross se compose de sprints très intenses, courts, avec de la bagarre au coude à coude. Donc oui, c’est plus amusant que le WTCC.
Après le succès au Pike’s Peak ? Que vous este-t-il à gagner à part le Dakar ? NASCAR ? Endurance ?
Le championnat du monde de rallycross. Mes deux objectifs aujourd’hui sont le Dakar et le rallycross. Non, après les USA et le Nascar, ça ne m’intéresse pas. Tourner en rond ce n’est pas mon truc. J’essaie de me concentrer sur ce que je fais et c’est déjà pas mal.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/d9/sebastien_loeb_dakar_2017_twt_9_jpg_4424.jpg

On est sûr de vous voir au départ du Dakar 2018 alors ?
Oui.
Tu avais fini 2ème au Mans en 2006 avec l’écurie Pescarolo en tant que pilote. Ton écurie Sebastien Loeb Racing avait une voiture au  Mans en 2014, résultat : 4ème LMP2. Voudrais-tu y retourner ? 
Au Mans ? Non.
Sebastien Loeb Dakar 2017.zip Alt 1
L'Ecurie Sebastien Loeb Racing représente combien de voitures au garage ?
Ça dépend un peu des années. On a deux ou trois voitures en rallye. Autant en WTCC et en Porsche Cup. Voilà à peu près les championnats sur lesquels on a prévu de se réengager. On avait fait rouler une Peugeot 308 Cup aussi. L’objectif en 2017 ? Il y a un intérêt dans le championnat du monde des WTCC depuis que Citroën s’est retiré. On sera donc à peu près les seuls représentants dans le championnat. Je pense que la voiture sera encore compétitive et qu’il y a quelque chose à jouer oui. Après on va refaire du rallye. En fait les programmes ne sont pas encore totalement définis.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/44/sebastien_loeb_dakar_2017_txt_4_jpg_1649.jpg

Aimerais-tu revenir en rallye WRC, en tant que pilote ou en tant que chef d’équipe ?
En rallye ça serait en WRC 2 pour nous. Le vrai WRC il est réservé aux constructeurs. Mais c’est vrai que le WRC 2 a aidé à former de jeunes pilotes et ça fait partie de mes objectifs.
Comment transmets-tu ta passion pour la course auto ? Comme l’avaient fait pour toi Dominique Heintz et Rémi Mammosser à tes débuts ?
C’est toujours compliqué de trouver des volants. C’est toujours pareil peu importe les générations. On essaie avec Dominique de reproduire ce qu’on avait fait à l’époque, c’est à dire de donner aux jeunes la chance d’accéder au rallye. Ou en circuit, mais c’est plus complexe en circuit. Personnellement j’ai toujours moins à leur apporter qu’en rallye. Il faut les guider dans les séances d’essais, partager l’expérience et leur donner des volants. Mais sur ce dernier point c’est surtout une histoire de budget. Si on arrive à réunir des partenaires, on peut lancer des jeunes.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/db/sebastien_loeb_dakar_2017_txt_5_jpg_7186.jpg

Quelle est la voiture de série récente qui t’as le plus impressionnée ?
Difficile comme question. Pour moi ce sont vraiment les voitures de course qui me branchent (Lamborghini, Ferrari, etc...). C’est ce qui se rapproche le plus des sensations que je peux avoir dans mon métier. Le reste… (rires).
Quelle est la dernière voiture que tu as achetée ?
La Porsche 911 R.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/5e/sebastien_loeb_dakar_2017_txt_6_jpg_5388.jpg

Quand tu n’es pas au volant d’une voiture, on sait que tu affectionnes particulièrement le manche d’un hélico. Tu as toujours ton AS Ecureuil B3 ?
Oui. J’adore ça. Au niveau technique il y a beaucoup de finesse à avoir. C’est sûr qu’on est loin des routes et des lignes qu’on peut avoir en course. Mais justement, on va où on veut et ça donne une liberté incroyable. On va se poser dans le jardin d’un copain si on veut. En plus c’est très pratique. J’ai découvert ça à l’époque où je faisais des rallyes. Mais quand on l’utilisait c’est qu’on venait de casser la voiture.

En savoir plus sur http://www.gqmagazine.fr/sport/saga/articles/sebastien-loeb-tourner-en-rond-ce-nest-pas-mon-truc/49941#0k4e1qyAAJaRPKKC.99

mardi 24 janvier 2017

This Couple Travels the World in a Toyota Pickup

Ashley and Richard Giordano are behind Desk to Glory, an overland trip that the couple pursued in the usual fashion. In the fall of 2013, they quit their jobs, sold their belongings on Craigslist, rented their condo, and hit the road in a Toyota pickup. When a hiatus in their trip landed them back in Vancouver for work, they quickly realized that the truck had become home. The team behind Koyo Photography caught up with the couple to find out why. You can follow Koyo Photography on Facebook here and on Instagram here.