mercredi 2 mars 2016

WRC Rally Mexico 2016 Mexique : Plus haut, plus long...; higher and longer!


Après le départ le plus glamour Place du Casino à Monaco, l’épreuve la plus givrée en Suède, le Championnat du monde des Rallyes FIA 2016 va atteindre son point culminant (2746 mètres) et parcourir sa plus longue spéciale (80 km) depuis 30 ans au Rallye du Mexique. Sébastien Ogier (VW/Michelin) célèbrera son 100e départ huit ans, presque jour pour jour, après ses débuts mondiaux.
C’est au Rallye du Mexique, le 29 février 2008, que l’aventure mondiale avait débuté pour Sébastien Ogier et Julien Ingrassia. Huit ans après, les Français sont de retour à Leon avec trois trophées mondiaux dans l’armoire et viseront une 4e victoire d’affilée dans la Sierra de Lobos sur leur VW Polo R WRC/Michelin.
Certes, les triples champions du monde seront désavantagés par leur première position vendredi et samedi sur des pistes qu’ils devront balayer. Mais ils ont su s’en affranchir ces trois dernières années pour s’imposer à Leon.
Les Norvégiens Andreas Mikkelsen (VW/Michelin) et Mads Ostberg (Ford/Michelin), sur le podium provisoire du championnat, devraient également nettoyer les pistes pour leurs rivaux, Hayden Paddon (Hyundai/Michelin), Dani Sordo (Hyundai/Michelin), Ott Tanak (Ford)...
Thierry Neuville (Hyundai/Michelin), toujours performant sur l’épreuve nord-américaine, mais aussi et surtout le Finlandais Jari-Matti Latvala (VW/Michelin) qui n’a pas encore ouvert son compteur de points, devraient bénéficier de piste parfaitement nettoyées, tout comme Eric Camilli (Ford/Michelin). Après deux sorties de route consécutives, le Français veut se relancer et retrouve son ancien copilote, Benjamin Veillas.
Le plateau 2016 ne compte que 29 engagés. Pour la première fois depuis 2002, il n’y aura pas de World Rally Car de marque Citroën ou DS au départ d’une manche mondiale. Citroën n’est officiellement pas engagée en WRC cette saison et l’équipe Abu Dhabi WRT fait l’impasse sur cette manche outre-mer.
On note le retour en WRC de Martin Prokop (Ford Fiesta RS WRC) après ses débuts au Dakar en janvier dernier, et la participation du Mexicain Benito Guerra (Ford Fiesta RS WRC) à son épreuve annuelle. En WRC-2, après le forfait de dernière minute du champion en titre Nasser Al-Attiyah, le Finlandais Teemu Suninen (Skoda/Michelin) est favori. Mais Abdulaziz Al-Kuwari (Ford/Michelin), Nicolas Fuchs (Ford/Michelin) ou encore le Mexicain Ricardo Trivino (Ford) connaissent très bien ce rallye.
Depuis 2004 et son accession au WRC, le Rallye du Mexique propose un parcours compact et concentré autour de la ville industrielle de Leon, capitale nationale du cuir. Après la traditionnelle et folklorique cérémonie de départ à Guanajuato, le rythme va s’accélérer avec de longues spéciales à parcourir quotidiennement, comme El Chocolate (54,21 km), Otates (42,62 km) et surtout Guanajuato et ses 80 km programmée dimanche.
Il s’agit tout bonnement de la plus longue épreuve spéciale organisée en WRC depuis 30 ans, depuis le Tour de Corse 1986 où un secteur chronométré de 83,16 km avait été parcouru. Un véritable défi pour les hommes, les mécaniques et les pneumatiques Michelin LTX Force H4.
After the glamour of Monte Carlo and Scandinavia’s wintry forests, the 2016 FIA World Rally Championship moves on to Mexico and this year’s culminating point (2,746 metres), as well as the championship’s longest stage (80km) in three decades. It will also be Sébastien Ogier’s 100th world class start.
It was in Mexico, on February 29, 2008, that Sébastien Ogier and Julien Ingrassia got their first taste of WRC action. Eight years after that debut, the VW Polo R WRC/Michelin pair returns to Leon with three world titles to their name and hunting for a fourth straight win in the Sierra de Lobos.
True, the reigning champions are likely to be hindered by having to run first on the road on Friday and Saturday, but that’s a handicap they have overcome successfully every year here since 2013.
Norway’s Andreas Mikkelsen (VW/Michelin) and Mads Ostberg (Ford/Michelin), who are second and third in the provisional championship standings, will have a certain amount of road-sweeping to do, too. This will obviously help their chasers Hayden Paddon (Hyundai/Michelin), Dani Sordo (Hyundai/Michelin), Ott Tanak (Ford), etc.
Other beneficiaries will be Thierry Neuville (Hyundai/Michelin), who has always tended to go well in Mexico, and Jari-Matti Latvala (VW/Michelin) who has yet to score a point this season. Meanwhile, Eric Camilli (Ford/Michelin) will be looking to bounce back after two ‘offs’ since joining M-Sport. The Frenchman has switched back to his former co-driver Benjamin Veillas.
The entry features just 29 cars and this will be the first WRC round since 2002 that doesn’t include a Citroën or DS World Rally Car, because Abu Dhabi WRT has chosen not to contest the North American event.
Notable entries include Martin Prokop (Ford Fiesta RS WRC), who returns after his attempt at January’s Dakar, and local star Benito Guerra (Ford Fiesta RS WRC) who is making his annual appearance in the championship.
Following the late withdrawal of Nasser Al-Attiyah, the WRC2 favourite is Teemu Suninen (Skoda/Michelin), but Abdulaziz Al-Kuwari (Ford/Michelin), Nicolas Fuchs (Ford/Michelin) and Mexican Ricardo Trivino (Ford) all know this rally well.
Rally Mexico proposes its trademark compact format based in the country’s leather goods capital Leon. After the usual colourful start ceremony in Guanajuato, crews face a menu that features one long stage per day, namely El Chocolate (54.21km), Otates (42.62km) and Sunday’s Guanajuato (80km).
The latter will be the WRC’s longest stage (Safari Rally not included) since an 83.16km test on the 1986 Tour de Corse. The final day’s marathon is going to be a huge test for the crews, as well as for their cars and Michelin LTX Force H4 tyres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire