lundi 2 mai 2016

WRC Tour de Corse 2016 ; Il y a 30 ans, Henri Toivonen...


Le Finlandais Henri Toivonen et son copilote Sergio Cresto ont trouvé la mort le 2 mai 1986 lors du Tour de Corse. « Le petit prince » avait 29 ans.
Les deux premiers jours de mai ont tristement marqué l’histoire du sport automobile : le 1er mai 1994 avec la disparition d’Ayrton Senna à Imola, et le 2 mai avec les accidents mortels d’Attilio Bettega et du prodige finlandais aux Tour de Corse 1985 et 1986.
Il était 15h00 environ en ce 2 mai 1986 quand la Lancia Delta S4 N°4 du Martini Racing a quitté la route vers Ponte Leccia, au nord de Corte, 7 km après le départ de l’ES18. La voiture s’est immédiatement embrasée, emportant son pilote, Henri Toivonen, et son copilote, Sergio Cresto.
Fils de Pauli Toivonen, brillant « Flying Finns » des années 1960, Henri avait débuté par le karting avant de disputer son premier rallye, les 1000 Lacs, en 1975 sur une Simca Rallye 2. Pilote hyper doué, rapide et spectaculaire, Henri fut longtemps le plus jeune vainqueur d’un rallye mondial. A 24 ans, il avait imposé sa Talbot-Lotus/Michelin sur les pistes boueuses du RAC Rally 1980.
L’année suivante, toujours au volant de cette propulsion, « le petit prince » a ajouté deux podiums mondiaux à son palmarès (Portugal, San Remo) avant de se distinguer à nouveau en 1982 sur une Opel Ascona 400 (3e Acropole, 3e RAC).
Mais, jusqu’en 1986, le Finlandais n’a jamais eu de programme complet en WRC et s’est dispersé au volant d’Opel Manta 400, de Ferrari 308 GTB, de Porsche 911 ou de Lancia 037 Rally, tantôt en Mondial, souvent en championnat d’Europe (vice-champion 1984). Sa carrière mondiale a longtemps piétiné.
En 1985, il ne roule plus que pour Lancia et remporte le RAC Rally au volant de la nouvelle Delta S4 Groupe B. Les experts le voient déjà champion du monde. Sa campagne 1986 débute d’ailleurs par une magnifique victoire au Rallye Monte-Carlo, qui sera hélas sa dernière en WRC...
Ce tragique accident du Tour de Corse 1986, le deuxième d’affilée en Principauté après celui de Bettega l’année précédente, a précipité l’arrêt des Groupe B prononcé par la FISA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire