lundi 30 janvier 2017

SÉBASTIEN LOEB : "TOURNER EN ROND CE N’EST PAS MON TRUC"

Sebastien Loeb Dakar 2017.zip Alt 12

PAR CHARLES AUDIER ET ALEXANDRE LAZERGES pour GQ magazine 

2e du Dakar 2017 au volant de son 3008 DKR, le nonuple champion du monde des rallyes WRC fait le point sur sa carrière, le Dakar, sa passion pour l'hélico et son envie de passer le témoin aux jeunes pilotes.

Finir 2ème au Dakar, c’est agaçant ou on se dit que l’expérience de Peterhansel a fait la différence ? 
Globalement c’est une satisfaction d’avoir fini 2e en plus on fait le triplé avec Peugeot donc on est forcément content du résultat. (1er Peterhansel /Cottret – 2ème Loeb / Elena – 3ème Despres / Castera, tous sur 3008 DKR, ndlr). On a contribué à ramener à la marque ce qu’elle voulait. Après 2ème c’est cool mais 1er c’est mieux. En plus on était en bagarre, c’était serré. On n’a pas de regret à avoir parce qu’on a tout donné

On a eu des soucis au début qui nous ont fait perdre 25 minutes (Loeb a suivi les traces de Peterhansel le jeudi 5 janvier et les deux hommes se sont perdus. Loeb arrivera 22 Minutes derrière le vainqueur de l’étape, Cyril Despres, ndlr). Donc forcément quand on finit à 5 minutes du vainqueur à la fin, ces 25 minutes-là ont couté très cher. En dehors de ça on a eu des petites crevaisons, des petits jardinages, mais comme tout le monde. C’est le lot du Dakar.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/03/sebastien_loeb_dakar_2017_txt_3_jpg_2242.jpg

Peter Solberg en rallycross nous confiait en rigolant que le rallye raid est-il une compétition pour pré-retraité ? Vous êtes au bord de la retraite ?
(Rires). C’est une discipline qui demande beaucoup d’expérience pour y arriver. Il y a donc peu de jeunes qui démarrent avec ça. C'est en effet quelque chose qui intéresse d'avantage les pilotes expérimentés qui veulent découvrir une nouvelle aventure. On fait beaucoup de kilomètres, on voit du paysage. C’est sympa quand même. Après c’est sûr qu’il n’y a pas une école pour jeune pilote du Dakar.
Vous avez appréciez de retrouver Daniel Elena comme copilote ?
C’est sympa de pouvoir repartager quelque chose avec lui. On avait fait plein de choses dans notre carrière et ça s’est un peu arrêté quand je faisais du circuit. En rallycross, je n’ai pas besoin de lui non plus donc en rallye raid on se retrouve et c’est cool.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/58/sebastien_loeb_dakar_2017_txt_7_jpg_1157.jpg

Rallycross avec Peugeot ? Est-ce que c’est plus amusant que le WTCC ?
Oui parce que c’est deux formats sont totalement opposés. Le Dakar c’est une course longue, d’endurance, avec de longues spéciales. Le rallycross se compose de sprints très intenses, courts, avec de la bagarre au coude à coude. Donc oui, c’est plus amusant que le WTCC.
Après le succès au Pike’s Peak ? Que vous este-t-il à gagner à part le Dakar ? NASCAR ? Endurance ?
Le championnat du monde de rallycross. Mes deux objectifs aujourd’hui sont le Dakar et le rallycross. Non, après les USA et le Nascar, ça ne m’intéresse pas. Tourner en rond ce n’est pas mon truc. J’essaie de me concentrer sur ce que je fais et c’est déjà pas mal.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/d9/sebastien_loeb_dakar_2017_twt_9_jpg_4424.jpg

On est sûr de vous voir au départ du Dakar 2018 alors ?
Oui.
Tu avais fini 2ème au Mans en 2006 avec l’écurie Pescarolo en tant que pilote. Ton écurie Sebastien Loeb Racing avait une voiture au  Mans en 2014, résultat : 4ème LMP2. Voudrais-tu y retourner ? 
Au Mans ? Non.
Sebastien Loeb Dakar 2017.zip Alt 1
L'Ecurie Sebastien Loeb Racing représente combien de voitures au garage ?
Ça dépend un peu des années. On a deux ou trois voitures en rallye. Autant en WTCC et en Porsche Cup. Voilà à peu près les championnats sur lesquels on a prévu de se réengager. On avait fait rouler une Peugeot 308 Cup aussi. L’objectif en 2017 ? Il y a un intérêt dans le championnat du monde des WTCC depuis que Citroën s’est retiré. On sera donc à peu près les seuls représentants dans le championnat. Je pense que la voiture sera encore compétitive et qu’il y a quelque chose à jouer oui. Après on va refaire du rallye. En fait les programmes ne sont pas encore totalement définis.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/44/sebastien_loeb_dakar_2017_txt_4_jpg_1649.jpg

Aimerais-tu revenir en rallye WRC, en tant que pilote ou en tant que chef d’équipe ?
En rallye ça serait en WRC 2 pour nous. Le vrai WRC il est réservé aux constructeurs. Mais c’est vrai que le WRC 2 a aidé à former de jeunes pilotes et ça fait partie de mes objectifs.
Comment transmets-tu ta passion pour la course auto ? Comme l’avaient fait pour toi Dominique Heintz et Rémi Mammosser à tes débuts ?
C’est toujours compliqué de trouver des volants. C’est toujours pareil peu importe les générations. On essaie avec Dominique de reproduire ce qu’on avait fait à l’époque, c’est à dire de donner aux jeunes la chance d’accéder au rallye. Ou en circuit, mais c’est plus complexe en circuit. Personnellement j’ai toujours moins à leur apporter qu’en rallye. Il faut les guider dans les séances d’essais, partager l’expérience et leur donner des volants. Mais sur ce dernier point c’est surtout une histoire de budget. Si on arrive à réunir des partenaires, on peut lancer des jeunes.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/db/sebastien_loeb_dakar_2017_txt_5_jpg_7186.jpg

Quelle est la voiture de série récente qui t’as le plus impressionnée ?
Difficile comme question. Pour moi ce sont vraiment les voitures de course qui me branchent (Lamborghini, Ferrari, etc...). C’est ce qui se rapproche le plus des sensations que je peux avoir dans mon métier. Le reste… (rires).
Quelle est la dernière voiture que tu as achetée ?
La Porsche 911 R.
image: http://merlin.vogue.fr/uploads/images/201705/5e/sebastien_loeb_dakar_2017_txt_6_jpg_5388.jpg

Quand tu n’es pas au volant d’une voiture, on sait que tu affectionnes particulièrement le manche d’un hélico. Tu as toujours ton AS Ecureuil B3 ?
Oui. J’adore ça. Au niveau technique il y a beaucoup de finesse à avoir. C’est sûr qu’on est loin des routes et des lignes qu’on peut avoir en course. Mais justement, on va où on veut et ça donne une liberté incroyable. On va se poser dans le jardin d’un copain si on veut. En plus c’est très pratique. J’ai découvert ça à l’époque où je faisais des rallyes. Mais quand on l’utilisait c’est qu’on venait de casser la voiture.

En savoir plus sur http://www.gqmagazine.fr/sport/saga/articles/sebastien-loeb-tourner-en-rond-ce-nest-pas-mon-truc/49941#0k4e1qyAAJaRPKKC.99

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire