jeudi 3 décembre 2015

Le mariage de la peinture et des sports mécaniques

Juan Carlos Ferrigno capture la beauté des sports mécaniques d'une façon unique.
Juan Carlos Ferrigno est un artiste vivant à Barcelone et qui a trouvé le moyen parfait de combiner ses deux passions : la peinture et les sports mécaniques.
L'Argentin, qui vient tout juste d'obtenir son diplômes des beaux-arts dans la cité catalane, est un aficionado de F1. Il ne limite toutefois pas ses talents à une seule discipline, son travail s'étend aux sports mécaniques en général, sur deux ou quatre roues.
Mais une image vaut mieux que mille mots, voici donc une sélection de ses plus beaux travaux!
Pro tip: use your keyboard to jump between photos
 
Une Le Mans Porsche 911 RSR peinte par  Juan Carlos Ferrigno

Une Porsche 911 RSR de 1974

Ce modèle a précédé la 935. Conduite par Gijs Van Lennep et Herbet Müller, elle pesait seulement 820kg et développait 500cc. Elle a fini deuxième lors des 24h du Mans 1974.
© Juan Carlos Ferrigno
Alain Prost contre Ayrton Senna par Juan Carlos Ferrigno

La rivalité Prost-Senna peinte sur toile

La rivalité féroce entre Ayrton Senna et Alain Prost reste emblématique des années 80 en F1. Sur cette toile, Ferrigno immortalise la bataille pour le titre en 1988. Senna remporte son premier titre cette année-là mais Prost se vengera l'année suivante.
© Juan Carlos Ferrigno
La Porsche 908 de Koch et Larrousse à Brands Hatch

La Porsche 908 de Koch et Larrousse

Les 1000km de Brands Hatch étaient l'une des courses d'endurance les plus disputées dans les années 60 et 70 au Royaume-Uni. Il y avait une grande variété de voitures et des pilotes comme Gérard Larousse ou Gerhard Koch, qui insufflaient du glamour à l'évènement.
© Juan Carlos Ferrigno
François Cevert sur Tyrrell en 1971

François Cevert sur Tyrrell en 1971

Cevert était l'un des pilotes les plus doués de sa génération et était la doublure de Jackie Stewart dans le team Tyrrell F1. Cevert progressait chaque année mais est malheureusement mort à 29 ans en 1973.
© Juan Carlos Ferrigno
La victoire pour Clay Regazzoni à Monza en 1970 par Juan Carlos Ferrigno

La victoire pour Clay Regazzoni à Monza en 1970

On retrouve également Ferrari dans le travail de Ferrigno, même s'il préfère Porsche ! Voici la 312 qui a conduit Clay Regazzoni à la victoire au GP d'Italie en 1970, devant Jackie Stewart et Jean-Pierre Beltoise. Même en ayant manqué 5 courses, Regazzoni terminera 3ème au général cette saison.
© Juan Carlos Ferrigno
The Ferrari 365 GTB/4 Daytona par Juan Carlos Ferrigno

La Ferrari 365 GTB/4 Daytona

Pilotée par l'Anglais Vic Elford et le français Claude Ballot-Léna, cette Ferrari a fini 6e au général mais a gagné dans sa catégorie (GT 5-litres) lors des 24h du Mans 1973.
© Juan Carlos Ferrigno
Trois Ford GTs au Mans en 1966

Un trio de Ford GT au Mans en 1966

Ford voulait absolumet la victoire aux 24h du Mans mais n'a pas été capable de le faire en GT avant 1966. Après ce premier succès, ils l'ont fait 4 années de suite.
© Juan Carlos Ferrigno
David Coulthard pour Red Bull en 2008

David Coulthard pour Red Bull en 2008

La F1 moderne tient aussi sa place dans la collection de Ferrigno. David Coulthard avait fini troisième au Canada en 2008, son dernier podium en F1.
© Juan Carlos Ferrigno
Lewis Hamilton dans sa Mercedes F1 de 2014

Lewis Hamilton dans sa Mercedes F1 de 2014

En 2014, Hamilton dominait les débats en F1. Voici donc l'hommage de Ferrigno au deuxième titre mondial de l'Anglais.
© Juan Carlos Ferrigno
Ayrton Senna, légende de la F1 et favori de Ferrigno

Senna, omniprésent dans le travail de Ferrigno

Si vous peignez Senna, il est obligatoire de le faire au moins une fois sous la pluie, lui qui était le roi du mouillé.
© Juan Carlos Ferrigno
Le talentueux Peter Revson

Le talentueux Peter Revson

Revson n'a pas uniquement prouvé son talent en F1, il l'a aussi fait en Can Am et a remporté Indianapolis.
© Juan Carlos Ferrigno
Ayrton Senna dans sa Lotus à Monaco.

Senna à Monaco

Graham Hill était connu comme "Mr Monaco" grâce à ses 5 victoires en Principauté. Senna en a obtenu 6 et a récupéré le surnom. En 1985, peu après sa première victoire en F1, il a été contraint à l'abandon à Monaco. Mais des jours meilleurs arriveraient pour lui sur le circuit monégasque...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire